mercredi , 22 novembre 2017
Accueil / Textes RP / [Texte RP] Minecraft : Le jeu qui ne m’aimait pas [Prologue et Épisode I]

[Texte RP] Minecraft : Le jeu qui ne m’aimait pas [Prologue et Épisode I]

[Texte RP] Minecraft : Le jeu qui ne m’aimait pas [Prologue et Épisode I]
5(100%) 3 votes

  • Auteur : FloxHunt
  • Partie : Prologue et Épisode 1

Lien original

Bonjour chers lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui est un jour bien particulier pour la catégorie Texte RP du site, catégorie qui regroupe des textes basés sur notre univers minecraftien. Comme vous le savez, j’ai commencé il y a déjà quelque temps deux histoires : L’avènement du dragon et Les tribulations d’un rejeté, mais je n’ai malheureusement pas pu écrire leur suite pour l’instant, mais en échange je vous offre une autre série qui sera hebdomadaire, car vous aurez chaque dimanche la suite de l’aventure se nommant Minecraft : Le jeu qui ne m’aimait pas écrite par FloxHunt.

Je ne vais pas m’attarder sur une présentation extrêmement longue pour cet article vu qu’il s’agit de textes, mais je vais tout de même introduire la série malgré la présence d’un prologue : FloxHunt, l’auteur de la série, a imaginé une aventure des plus particulières, mais des plus intéressantes, il s’agira d’une histoire basée comme vous le savez sur Minecraft, cependant cet univers ne sera pas réellement celui que vous connaissez, car ce monde cubique est en premier lieu un jeu, et c’est pour cela que l’auteur a imaginé une histoire où le réalisme prime. Oubliez les zombies qui ne vous terrifient plus, ou alors les creepers à l’allure inoffensive à première vue, mais voyez plutôt de viles créatures sans pitié. Ce monde que vous connaissez si bien sera bouleversé, métamorphosé, tout en restant original et basé sur ce que nous connaissons. Bref, je vous rappelle qu’il y aura la suite chaque dimanche, que le pseudonyme de l’auteur est FloxHunt, et je vous souhaite également une excellente lecture.

Prologue : Le Réveil

Encore une heure. Plus qu’une avant que le jeune Yann n’achète le jeu qu’il attendait depuis des mois. Plus qu’un seul euro et il aura économisé suffisamment pour acheter ce jeu cubique dont tous ses camarades de collège lui parlaient tant. Il se rappelle encore les mots de ses parents lui disant : “Ramène nous une note au-dessus de 15 sur 20 et on te donne un euro”. Il avait eu 19 bonnes notes et il avait obtenu 17 sur le dernier passé. La fin du cours arriva et il se précipita chez lui pour leur annoncer la nouvelle. Il présenta sa copie et reçu cette dernière pièce qui lui manquait, tel un trophée.

— Que vas-tu faire avec les 20 euros que tu as reçu ? lui demanda son père. Tu m’avais parlé d’un jeu que tu voulais par-dessus tout ? — Oui, j’aimerais que vous me l’achetiez. Il s’appelle Minecraft. — C’est ce jeu plein de carrés dont tu regardes sans cesse des vidéos sur internet ? — Oui, c’est ça, mais je ne peux pas le payer en pièces — Dans ce cas… Comme tu l’as mérité, tu n’as qu’à me donner cet argent et dès demain il sera sur ton ordinateur. Qu’en dis-tu ? Yann acquiesça et eut un grand sourire sur son visage.

Le lendemain à son retour du collège. Minecraft était là. Sur son bureau, un message de son père : Fais tes devoirs et amuse-toi bien. Une heure plus tard, Yann alluma son ordinateur. Il savait qu’il allait s’aventurer dans des donjons, dans des grottes, pouvoir tuer des monstres et laisser libre court à son imagination. Il cliqua sur l’icône en forme de bloc et se lança. Des heures durant il construisit sa maison, partit miner dans des grottes, éleva des vaches, cochons et moutons. Mais se rendit compte d’un problème. Il n’avait vu aucun temple et n’avait vu aucun donjon avec des monstres par dizaines. Il se dit que ce n’était pas grave et qu’il fallait juste qu’il aille chercher plus loin. Il enfila donc sa meilleure armure et pris sa meilleure épée, puis partit en expédition. Pendant plusieurs milliers de blocs, il traversa des montagnes, un désert, une jungle, mais ne trouva rien. Il était maintenant à des kilomètres de sa maison et commençait à se demander si Sparky, le chien qu’il avait apprivoisé, allait bien. Il ne renonça pas et continua son voyage. Après bien des minutes à regarder autour de lui, il vit au loin un autre désert avec une pyramide. Une pyramide avec deux tours sur les côtés. L’ensemble ressemblait vaguement à un visage. Il venait d’atteindre son but. Un temple du désert se dressait devant lui. Il s’y précipita avec excitation, se demandant quels trésors il allait trouver. Il creusa et descendit au cœur du temple et ouvrit un coffre. Des diamants. Il venant de trouver une vingtaine de diamants dispersés à l’intérieur du coffre. Heureux, il entreprit de récupérer le contenu des autres coffres de la pièce, mais entendit un *CLIC*. Il n’avait pas vu la plaque sur le sol. Une plaque activant les explosifs sous ses pieds. Tout explosa. Par chance, Yann survécut. Mais pas pour longtemps… Du haut du temple, une créature verte à visage triste le regardait. Yann sentit la peur monter en lui. Il avait parcouru tant de chemins, traversé tant de rivières et d’océans pour arriver là. La créature tomba et elle explosa. Un creeper avait mis fin au voyage de Yann.

Lorsqu’il cliqua sur réapparaître, il se rendit compte de l’ampleur des dégâts. Il était de retour à sa maison. Son armure avait disparu, tous les diamants qu’il avait récupérés ainsi que sa magnifique épée s’étaient envolés. La rage monta en lui et dans un élan de colère balança sa souris dans l’écran de son ordinateur en criant : “C’EST DE LA MERDE CE JEU !!!!” L’écran se fissura. Yann le vit, mais trop tard. La façade de son ordinateur tomba en morceau, laissant se propager une lumière aveuglante et agressive. Surpris, Yann bascula de sa chaise à roulette, se cogna la tète sur le sol de sa chambre, puis s’évanouit.

Yann ouvrit les yeux. Une belle lumière l’entourait. Le soleil resplendissait et était haut dans le ciel. La lumière du bleu du ciel se mélangeait avec le vert de l’herbe autour de lui. “Mais… Il n’y a pas d’herbe dans ma chambre !” se dit Yann. Il se releva promptement et regarda autour de lui tout lui semblait familier. La maison de bois et de pierre à côté de lui, la rivière bordant la vallée et le chien avec une pancarte indiquant Sparky au-dessus de sa niche. Tout ça, il le connaissait. Il regarda ses mains. Il n’avait plus de doigts. De simples moignons les avaient remplacés. Ses jambes avaient subi le même sort. Il courut vers la rivière et plongea sa tête dedans pour se rafraîchir. Mais lorsqu’il la ressortit, l’horreur emplit son esprit. Son visage avait changé. Sa tête était carrée, le bleu dans ses yeux avait remplacé le marron. Ses vêtements avaient maintenant une teinte bleu ciel. Il se releva et réalisa : il se trouvait dans l’aventure qu’il avait commencée il y a quelques heures. Il se trouvait dans Minecraft. Yann regarda encore autour de lui. Il prit une grande inspiration et hurla : “MAIS QU’EST-CE QUE JE FOUS LA ?!”

Diviseur_RP

 

Épisode I : Se Cacher

J’étais là. Je ne sais pas comment j’ai atterri ici, mais j’y étais. Des cubes partout. Un soleil carré. Une grande prairie avec une petite maison en bois et en pierres avec quelques animaux dans leurs enclos. Sparky. J’étais dans le jeu. Pourquoi ? J’ai maintenant le physique de mon personnage dans le jeu et tout ce que j’ai construit se trouvait bel et bien là. Je n’ai maintenant plus de doigts ni de pieds, je ne les sens plus. Je ne savais pas quoi faire à part rester là et regarder autour de moi. De toute manière, il n’y avait rien à faire puisque je n’étais plus dans mon monde. Minecraft m’avait absorbé. Seule une chose m’avait alerté et m’avait fait réaliser le danger. Le soleil était en train de se coucher. La nuit n’allait pas tarder à arriver et comme toutes les nuits des monstres allaient venir pour tenter de s’en prendre à moi. Il fallait absolument que je trouve un endroit pour me cacher. Ma maison avait subi déjà plusieurs attaques de zombies, que je n’ai pu repousser que de justesse après m’être défendu pendant plusieurs nuits. Il fallait que je renforce mes défenses et que je me protège. Je n’avais plus d’armure, mais j’avais toujours ma vieille épée en bois dans un coffre chez moi.

Je courus donc en direction de la maison, mais tombais à genoux tout d’un coup. Depuis le début de l’aventure que j’avais commencé des heures auparavant, je n’avais toujours pas dormi. Je n’en trouvais pas l’utilité puisque mon personnage ne ressentait que la faim. La fatigue ne devrait pas m’atténuer autant. Je n’avais pas le temps de penser à cela, il fallait que je prépare ma défense. Je me remis debout et me précipitai en direction de ma maison, poussais la porte de ma maison puis ouvrit le coffre. Dès l’instant où le coffre était ouvert, je ne pouvais plus bouger. Quelque chose m’en empêchait. Je vis quelque chose dans mes yeux. Une espèce de lueur grise ressemblant vaguement à un rectangle rempli de carré. Ma vision devint plus claire et m’apparut nettement après quelques instants. Le contenu du coffre était devant moi, représenté exactement comme dans le jeu. Mais je ne savais pas comment en prendre le contenu. Mon épée en bois était là, mais je ne pouvais pas bouger, donc pas la prendre. Il y avait aussi suffisamment de cuir pour pouvoir me faire un casque. Mais je n’avais aucun moyen de les prendre. “J’ai vraiment besoin de cette épée en bois, comment est-ce que je fais pour l’attraper ?” pensais-je. D’un coup je sentis quelque chose qui me collait à la main. Je commençais à avoir peur. Peut-être les zombies étaient-ils déjà entrés pendant que je fouillais le coffre. “Il faut que je sorte, il faut que je sorte, il faut que je sorte” étais-je en train de murmurer.

Le contenu du coffre disparu. Je retrouvais une vision normale et je vis le coffre se refermer de lui-même. Je regardai ma main rapidement de peur qu’une chose m’ait attrapé. Une épée marron à l’allure vieille et prête à se briser se tenait dans ma main. Cela me rassura et me fit comprendre la manière de faire dans ce Nouveau Monde. J’ai réouvert le coffre et pensé 5 cuirs, et tout de suite après je senti une boule dans ma poche. Je veux sortir et je me suis retrouvé de nouveau dans ma maison, la vision claire. J’ai regardé dans ma poche et en ai sorti 5 pièces de cuir marron avec encore quelques poils bovins dessus. “C’est pratique” ai-je pensé. Je me suis dirigé vers la table de craft et y ai posé les 5 pièces de cuir, mais rien ne se produisit. Une idée me vint donc en tête. J’ai levé mon bras et ai donné une petite tapette dessus. Comme par magie une vision similaire à celle du coffre s’est dressée devant mes yeux à la différence que celle-ci reprenait le schéma de la table de craft. Pour pouvoir me faire mon casque, j’ai donc pensé casque en cuir. Mais rien ne se produisit. J’ai donc essayé plusieurs manières de dire comme 5 cuirs ou 5 cuirs pour casque en cuir mais rien ne se produisait. J’ai donc réfléchi et ai pensé 1 cuir au milieu à droite et tout à coup une des pièces de cuir s’est positionnée correctement. Il fallait que je dicte tout le schéma de craft par la pensée. 1 cuir en haut à droite, 1 cuir en haut au milieu, un cuir en haut

Je n’ai pas eu le temps de finir de dicter le craft. Un grand crack s’est produit derrière moi et un râle horrifiant s’est fait entendre. J’étais tellement concentré que je n’avais pas vu la nuit tomber ni entendu un zombie donner des coups dans ma porte. Je suis sorti du craft, ai pris mon épée en main et me suis retourné. J’ai vu avec horreur ce qui était entré. Le zombie était bien plus impressionnant que sur un écran. Il semblait bien plus grand et imposant que moi et l’odeur qu’il dégageait était insupportable. J’ai pris mon courage à deux mains et ai donné un coup d’épée dans son bras. Il a reculé un peu, mais est resté debout. J’ai réessayé plusieurs fois, mais sans succès pour le vaincre. Je me suis donc rappelé que le point faible des zombies dans tous les films que j’ai vus était la tête. Je me suis donc préparé à sa nouvelle attaque pour le frapper avec précision. Malheureusement les coups que je lui ai donnés ont semblé l’énerver et quand il est revenu il était bien plus rapide. Je n’ai rien vu venir. Il m’a foncé dessus et m’a mordu à l’épaule. À ce moment-là, j’ai ressenti un grand hoquet me coupant la respiration pendant une seconde. C’était comme si quelque chose en moi avait sauté au point d’atteindre mes poumons. Une sensation de douleur se propagea dans tout mon corps. Puis tout disparu. Je me sentais à nouveau bien, comme si rien ne s’était passé. Même la morsure sur mon épaule avait disparu. Le zombie était toujours là, prêt à m’attaquer de nouveau. Je lui ai donné un coup à la tête avec mon épée et il a disparu comme par magie. Lors du coup un grand bruit s’est produit. Mon épée avait disparu. J’ai regardé au-dehors, par le trou qui à l’origine contenait la porte de ma maison. Des dizaines de zombies, squelettes et creepers se tenaient prêt de la maison. Et tous en me voyant se dirigèrent vers moi. Je vis Sparky, dans sa niche qui me regardait. Si je devais partir, je ne devais pas le laisser là. Je vis une flèche me frôler la tête. Un squelette en armure d’or se tenait à peine quelques mètres de moi. Je courut vers la niche de Sparky, lui ouvrit la barrière puis le fit se lever avant de courir à l’intérieur de la maison. J’ai pris des torches et quelques blocs dans le coffre et ai monté les escaliers à vive allure. Je me suis à nouveau écroulé. La fatigue me tiraillait les jambes. Je me suis relevé promptement et suis allé au balcon. Les monstres commençaient à rentrer dans la maison. Si je restais là, j’allais mourir et Sparky avec moi. Il fallait que je m’enfuie et que je trouve un endroit où me cacher. La seule alternative était malheureusement de sauter du balcon. J’aillais encore me causer des dommages, mais c’était la seule solution, car je n’avais plus d’épée pour me défendre et je n’avais pas d’armure. J’ai donc passé la barrière du balcon et ai sauté. La sensation de douleur refit surface dans tout mon corps en partant de mes jambes. Elle me paralysa le temps d’une seconde. Suffisamment pour que le squelette en armure d’or, toujours au même endroit, me tire une nouvelle flèche, celle-ci atteignant son but. Mon bras, touché, me fit souffrir comme jamais je n’ai souffert. J’ai commencé à courir en direction des bois, pas très loin de chez moi. Les flèches fusaient autour de moi tandis que la douleur m’arrachait les jambes et le bras. J’ai couru aussi longtemps que j’ai pu avant d’arriver dans les bois. J’ai creusé un trou suffisamment grand pour moi et Sparky, j’ai posé une torche, ai rebouché pour nous faire un toit et me suis assis sur le sol pour attendre que la douleur ne passe. J’avais reçu tellement de dégâts que je peinais grandement à respirer. La douleur ne partit qu’au bout de quelques minutes. J’entrepris d’écouter ce qu’il y avait autour à l’extérieur. Des dizaines de montres savaient ou je me trouvais, mais aucun n’arrivait à m’atteindre. Rassuré, j’entrepris donc de m’installer confortablement dans l’objectif de dormir.

Bien des minutes passèrent avant de me rendre compte que je ne réussissais pas à dormir. Je me suis souvenu qu’il manquait un élément important pour que j’y parvienne : un lit. Je n’en avais pas trouvé l’utilité, car je passais mes nuits à tuer des monstres et à construire ma maison, mais ça c’était tellement plus simple devant un écran. Les monstres au-dessus commençaient à s’en aller. Le jour devait être en train de se lever. J’ai enlevé la terre qui nous avait servi de toit à Sparky et moi puis ai regardé partout autour. Le soleil commençait, à monter dans le ciel et plus un seul monstre n’était présent. Sparky sortit du trou et nous commençâmes à nous diriger vers la maison. Tout à coup une odeur de pourriture se fit sentir. Sparky commença à grogner et un râle chaud et rauque venant de derrière moi se fit entendre. Je me suis retourné et je l’ai vu. Un zombie était encore là, en train de bruler, il avançait vers moi à une vitesse hallucinante. La peur monta dans mes entrailles et les larmes commencèrent à me monter aux yeux. Mais brutalement le zombie chancela, tituba, puis tomba devant moi, toujours en flammes. Il disparut doucement, dégageant des petites fumées puantes. Il ne m’avait pas eu.

“Fiou…” dis-je. “Quelle nuit hein Sparky ?” Sparky aboya puis nous reprîmes notre route vers la maison.

© 2014 – Tous droits réservés

Image à la Une de deemuun


A propos de 1blackjack1

Ceci vous intéresse peut être

Assiégés - forêt

[Texte RP] Assiégés [Chapitre 4]

Chapitre 4 de la série de textes RP "Assiégés" : le rêveur... Un prophète arrive dans une cité, prévoyant que des forces maléfiques vont l'assiéger ; est-il un tyran ou un sauveur ?

Rédiger une réponse

22 Commentaires sur "[Texte RP] Minecraft : Le jeu qui ne m’aimait pas [Prologue et Épisode I]"

Prévenez moi :
avatar
 
Trier par:   Commentaires récents | Commentaires ancients | Les mieux notés
trez515
Invité

L’histoire en elle même est vraiment pas mal, mais il y’a quelques fautes… Par exemple dans ton texte tu mélanges passé composé, imparfait et passé simple, ce qui , niveau concordance des temps, n’est pas très bon. En effet, on ne peut pas mélanger le passé composé et le passé simple dans la narration. ^^ Voilà !

benedict010198
Membre

Vivement la suite, j’aime bien.

DiamondHerobrine
Membre

GG c’est exactement ce que j’avais imaginé !

DiamondHerobrine
Membre

Ok vivement la semaine prochaine !

FloxHunt
Membre

BlackJack m’a flagellé avec son martinet à épines de cactus… J’ai douillé… Mais j’ai aimé ça =P

Ouais il peut arriver que j’ai fait quelque erreurs dans l’écriture.
J’écris non stop sans regarder mes mots quand je me lance puis après je fais la correction. Et il arrive que lors de la correction j’oublie des erreurs ^^

wpDiscuz